Vous êtes ici : accueil /  Ressources sur le numérique solidaire /  Ressources documentaires /  Articles /  Article « L’accès pour tous à Internet » (2006)

Articles

Article « L’accès pour tous à Internet » (2006)

  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyer à un ami
  • Imprimer le texte
  • Partager sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Sauver sur Delicious

Reprise d’un article publié sur le site Villes Internet (http://www.villes-internet.net/UPLOAD/article/pages/1012_article.php), suite à la remise des Labels Villes Internet le 4 décembre dernier.
Par Romain Goalès - Chargé de mission pour le Label Ville Internet.

Favoriser l’accès de tous les publics aux technologies de l’information et de la communication est au cœur de toutes les politiques tic des collectivités. Deux approches complémentaires existent : le développement des infrastructures permettant la couverture du territoire en haut débit ou très haut débit et la mise à disposition d’un accès à internet via la création d’espace public numérique où, les personnes, en plus de pouvoir surfer peuvent se former grâce à la présence d’animateurs.

En 10 ans, les politiques menées se sont enrichies de nouveaux outils comme le wifi mais, elles se sont également affinées en proposant au sein des lieux d’accès publics un large éventail d’offres (formation pour seniors, vidéo, recherche d’emploi, accompagnement à la réalisation de projet personnel,… ).

Développement des points d’accès wifi

L’année 2006 aura été sans conteste marquée par l’émergence du wifi dans les politiques d’accessibilité des collectivités.
Les débuts timides faisaient que les hotspots étaient créés afin de couvrir de petites zones (mairie, bibliothèque,…) mais de plus en plus des programmes ambitieux destinés à couvrir l’intégralité du territoire de la collectivité émergent.
Les grandes villes sont au premier rang.
Suivant l’exemple de nombreuses métropoles (San Francisco, Prague, Boston…) les collectivités françaises, ont compris les avantages de l’outil wifi afin de répondre aux développements des nouveaux usages dont le nomadisme des usagers, grâce au développement des portables et PDA.
Parmi les villes dont le projet est le plus avancé se trouvent Paris, Rennes, Metz, Bordeaux et Issy les Moulineaux. Elles ont chacune en projet de couvrir leur territoire d’ici 2007-2008.
Deux projets se démarquent par leur originalité :
Le premier est celui de Bordeaux. Le réseau wifi est géré par une entreprise et est financé par la publicité des commerçants de la ville.
Le second est celui de Boston (Etats-Unis). Plutôt que de laisser la gestion du réseau à une entreprise privée, la ville a décidé d’en confier la gestion à une ONG qui, par ce biais, trouvera une nouvelle source de financement.

Les créations d’espaces publics numériques se poursuivent

Sur les 223 villes participantes au Label Ville Internet, seulement 6% ne proposaient pas ce type d’espace.
Autre fait marquant, aucun des espaces créés précédemment n’a été fermé, alors que 45% d’entre elles en ont créé au moins un cette année.
Les bons chiffres de la fréquentation de ces espaces sont révélateur de l’intérêt du public pour ce type de structure.
Il est en effet démontré que 90% de la population est concernée par le développement des epn. Les 10% restant doivent par contre faire l’objet d’une démarche individuelle afin de les mener vers les tic.
La création d’epn est un signe fort de la collectivité pour créer les conditions nécessaires à la résorption de la fracture numérique.

Les collectivités ne sont pas les seules concernées. Les associations (dans 46% des villes) et, dans une moindre mesure, le privé (dans 34% des villes) jouent un rôle important dans la mise à disposition d’accès à internet pour le grand public.
De même les villes sont secondées par les autres administrations pour compléter le maillage de leur territoire en lieux d’accès public. Les intercommunalités notamment sont de plus en plus concernées par le sujet.
L’avantage des epn créés par les collectivités réside pour l’usager dans la gratuité ou le prix modique de la prestation. Le prix n’est donc plus un obstacle.

L’importance des labels dans le fonctionnement des epn

L’investissement lié à la création d’un epn et les frais de fonctionnement représentent un poste budgétaire élevé dans la mise en œuvre des politique tic des collectivités.
La création de labels tant au niveau local que national permet à la collectivité grâce à un système clé en main d’amoindrir les coûts de création.
Les principaux labels au niveau national sont :
Cyberbase de la Caisse des Dépots et Consignations.
Espace Culture Multimédia du ministère de la culture et de la communication.
Les points Cyb- espace jeune du ministère de la jeunesse et des sports.

Les principaux labels au niveau régional sont :
Cybercommunes en Bretagne
Cyber-Cantal
ERIC en PACA
Cyber centre en NPDC
Cybelis dans les Pays de la Loire
Point public multimédia en limousin
MITIC en Corse

Etre labellisé permet aux epn et surtout aux animateurs de travailler en réseau et ainsi d’échanger leurs pratiques et expériences.

Internet dès le plus jeune âge

Dernier aspect de l’accès public, le développement de l’internet au sein des écoles.
L’utilisation d’internet dans les classes comme support pédagogique, permet de sensibiliser les nouvelles générations à l’outil.
Or, on sait à quel point les enfants sont des « passeurs » au sein des familles pour l’appropriation des nouvelles technologies. La formation dès le plus jeune âge permet ensuite aux enfants de servir de relais auprès de leurs parents.

De plus le matériel installé dans les écoles peut par la suite être utilisé par un public extérieur. Ainsi, 36% des villes mettent ce matériel à disposition du public dans le cadre d’atelier de formation ou pour un usage personnel.

Fort de plus de 3500 epn, et avec la disparition progressive des dernières zones blanches (zones non couverte par le haut débit), la politique d’accès public menée par les pouvoirs publics commence à porter ses fruits même si l’arrivée du très haut débit risque à nouveau de modifier la donne.
Des efforts restent cependant à mener au niveau de la formation afin de faire des usagers non plus de simple communicants, ni de simple consommateurs mais de véritable acteurs de l’internet. C’est pourquoi le rôle des epn reste primordial et doit perdurer au delà du simple horizon d’un taux de connexion à 100% des foyers français.

Ressources sur le numérique solidaire
ANIS - au Mutualab, 19 rue Nicolas Leblanc 59 000 Lille - 06 42 71 83 56 - contact@anis.asso.fr
Haut de page