Vous êtes ici : accueil /  Ressources sur le numérique solidaire /  Ressources documentaires /  Articles /  Article Villes Internet - Mobiles : n’en jetez plus ! (2012)

Articles

Article Villes Internet - Mobiles : n’en jetez plus ! (2012)

  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyer à un ami
  • Imprimer le texte
  • Partager sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Sauver sur Delicious

JPEG - 62.6 ko

Combien de téléphones portables sous les sapins de Noël des Français ? Et combien d’autres oubliés dans les placards ? Les fêtes de fin d’année tombent à pic pour sensibiliser le consommateur-citoyen à la réutilisation, au recyclage, et à la valorisation de nos chers joujoux électroniques. Un sujet sur lequel beaucoup de pédagogie reste à faire.

Des chiffres qui donnent le tournis. Un téléphone mobile neuf racheté tous les 23 mois en moyenne par le consommateur français. Environ vingt millions de nouveaux appareils vendus chaque année dans l’hexagone. 21,5 millions l’an dernier, soient 59000 par jour, soient 40 par minute... Des terminaux dont l’empreinte carbone tend à s’alourdir de génération en génération - rançon de la surenchère technologique et de l’usage prépondérant d’énergie fossile dans les pays de production.

Que deviennent nos téléphones « usagés » ? Selon cette enquête du Credoc, plus d’un tiers des consommateurs (37%) conservent leur vieil appareil à la maison. On compterait ainsi, dans les placards et les tiroirs des Français, selon les sources, de 60 à 100 millions de portables abandonnés. Des appareils souvent conservés en dépannage, mais aussi, faute de savoir qu’en faire : dans ce sondage TNS Sofres, une personne sur quatre avoue garder son vieil appareil parce que « c’est compliqué de s’en débarrasser » et qu’elle ne sait pas où le déposer.

Plus inquiétant, parmi ceux qui déclarent avoir « jeté » leur ancien téléphone, si les trois quarts l’ont fait dans une poubelle de tri, 15% déclarent avoir jeté leur téléphone dans une poubelle classique.

Au final, en France, moins de 10% des téléphones portables sont recyclés - en dépit de la sensibilité de plus en plus aigüe du public aux questions environnementales.

Les collectivités n’ont pas l’obligation de mettre en place la collecte sélective des déchets EEE (équipements informatiques et de télécommunications). Mais elles ont un devoir d’information envers leurs administrés : sur l’obligation de ne pas jeter les DEEE avec les déchets ménagers, les systèmes de collecte mis à leur disposition, les effets potentiels des substances dangereuses présentes dans les EEE sur l’environnement et la santé humaine.

Dans ce cadre, pointons quelques initiatives qui peuvent contribuer à promouvoir, auprès du public, le recyclage ou la réutilisation des terminaux mobiles :

- je-donne-mon-mobile.com. Une action des Ateliers du Bocage, entreprise d’insertion d’Emmaüs France. Via 100 points de collecte répartis sur le territoire, les Ateliers du Bocage récupèrent de 20 000 à 35 000 téléphones portables chaque mois, dont 30% sont réparés et peuvent connaître une nouvelle vie. Il est possible de donner son mobile sans se déplacer, en l’envoyant par la poste.

- Dans un autre registre, les love2recycle.fr et autres recycler.fr offrent un moyen de se débarrasser de son vieil appareil en le revendant. Toujours bon à prendre, surtout en temps de crise. Certains acteurs, tels que vendremonmobile.com proposent une reprise pour l’achat d’un modèle neuf. Plus douteux côté développement durable - l’idéal étant de racheter un produit d’occasion, le web n’en manque pas - mais c’est toujours mieux que de jeter son terminal dans la nature ou de l’oublier au fond d’un placard.

Source : Site Villes Internet.net
Date : 07/12/2012
Thèmes : Développement durable, Mobilité

Ressources sur le numérique solidaire
ANIS - au Mutualab, 19 rue Nicolas Leblanc 59 000 Lille - 06 42 71 83 56 - contact@anis.asso.fr
Haut de page