Vous êtes ici : accueil /  Qui sommes-nous ? /  De la promotion des usages citoyens et solidaires des TIC à l’innovation sociale et numérique

Qui sommes-nous ?

De la promotion des usages citoyens et solidaires des TIC à l’innovation sociale et numérique

  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyer à un ami
  • Imprimer le texte
  • Partager sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Sauver sur Delicious

ANIS a été créée il y a plus de 10 ans avec la volonté de valoriser les usages citoyens et solidaires de l’Internet, d’œuvrer à la promotion des usages socialement pertinents des TIC

A l’époque, une des missions principale d’ANIS (cohérente avec le contexte de l’époque) était de réduire la fameuse « fracture numérique », de contribuer à encourager la « e-inclusion » des publics éloignés des TIC.

ANIS a ainsi mis en œuvre de nombreuses actions visant à lutter contre les différentes facettes de la fracture numérique (qui recouvrent généralement les réalités de la fracture sociale) : l’accès (différence entre les personnes qui peuvent accéder aux TIC et celles qui ne le peuvent pas), l’utilisation (personnes sachant les utiliser et celles dont ce n’est pas le cas), et la qualité de l’utilisation (différences entre les utilisateurs eux-mêmes).

Parmi les nombreux projets portés par ANIS allant en ce sens, citons par exemple l’ouverture et l’animation de l’Ecloserie des Arts, la conception et l’animation du site internet ressources www.ticassos.org, la collaboration à des projets concrets d’e-inclusion tels qu’Ordi 2.0 ou ASSOCLIC Nord-Pas de Calais, la réalisation de formations en direction d’acteurs éloignés des TIC, l’organisation des événements ROUMICS sur des sujets en phase avec les réalités numériques et sociétales tels que « Ruralité et TIC », « Seniors et TIC », « Place des femmes dans l’informatique », « Education Populaire et TIC », « Insertion professionnelle et TIC », etc.

Certains de ces projets sont toujours portés avec conviction par ANIS, qui reste engagée et consciente de certaines réalités de la fracture numérique, persistante.

Néanmoins, depuis quelques années, le « fossé numérique » tend à se combler.
Et en parallèle, le contexte sociétal a évolué, tout comme le Web...

De nouvelles façons de travailler et d’agir dans la Société sont apparues, appuyées sur l’expérience de l’Economie Sociale et Solidaire, de l’Education Populaire, des acteurs de la participation.
Une nouvelle forme de modernité « par les gens et pour les gens » a vu le jour. L’innovation sociale (phénomène passé d’une logique militante à une reconnaissance et une identification par le grand public) apporte des solutions pragmatiques aux problèmes quotidiens des citoyens.

Le numérique quant à lui, à travers le Web 2.0, les blogs, les réseaux sociaux et la démocratisation des terminaux, touche aujourd’hui une large part de la population française. Il est devenu pervasif (« partout, tout le temps »). De nouveaux outils ont vu le jour, mais surtout de nouveaux usages (apparition de nouvelles pratiques, une nouvelle façon de (mieux) vivre ensemble). Les « Technologies relationnelles » connaissent un développement sans précédant. L’Internet devient un champ d’expérimentation et de déploiement de projets sociaux.

Au fur et à mesure des réflexions, des projets, des rencontres, des connexions évidentes sont apparues entre les différentes valeurs, sensibilités, et thèmes de prédilection d’ANIS : convergence des dynamiques d’innovation sociale et des évolutions de société liées au numérique (innovation sociale numérique) ; convergences entre des thèmes tels que « Développement durable et numérique » ou « Economie Sociale et Solidaire et Logiciels Libres » ; nouvelles modalités d’entrepreneuriat, de travail (espaces de travail partagés, coworking), nouvelles modalités d’apprentissage, de consommation, de « mieux vivre ensemble » ; renforcement des notions d’intelligence collective, de travail collaboratif, de mutualisation, de co-construction, de co-élaboration ; enjeux des logiciels libres ; des « technologies de la relation » ; enjeux de l’ouverture des données publiques (Open Data) ; nouvelles dimensions culturelles des pratiques numériques, comme outils d’accès à la culture et aux savoirs, outils d’expression et de création, outils de mutualisation et de coopération (FabLab…) ; etc.

ANIS en a rapidement pris conscience : le numérique est au cœur des processus d’innovation sociale, de nouvelles formes de travail et des dynamiques collectives de projets de territoires. Le numérique interroge désormais ces nouvelles formes de collaboration, ces nouvelles expressions créatives, de nouvelles dynamiques de projets innovants.

Les évolutions technologiques offrent de nouvelles perspectives pour répondre à des problématiques sociales, environnementales… Renforcés par des outils libres, ouverts, modulables, des usages inédits, pertinents, exemplaires, voient le jour (participation, collaboration, co-construction, Développement Durable, lien social, entre-aide, solidarité…).

ANIS a su se montrer attentive et vigilante face à ces évolutions sociétales et numériques ; et adapter son positionnement en conséquence. Il lui est apparu fondamental d’évoluer, en prenant en compte la réalité des pratiques

Sans trahir sa vocation d’origine et son objet, ANIS a progressivement fait évoluer son réseau, ses activités, ses projets, pour rester en phase avec ces nouveaux enjeux sociétaux et numériques.

L’Assemblée Générale (AG) d’ANIS de juin 2011 a permis d’acter ses nouvelles orientations.

Outre le renouvellement pour la 10ème année consécutive des membres fondateurs au sein du Conseil d’Administration (CA) (signe de confiance et d’engagement), l’accueil de nouveaux acteurs clés, aux profils variés fut une étape décisive dans la nouvelle « ère » d’ANIS.

Si les membres historiques ont des profils de types « universitaires » et « acteurs du Web », les nouveaux membres d’ANIS sont des « spécialistes », provenant de secteurs d’activités tels que l’innovation sociale et numérique, l’Art numérique, la consommation collaborative, le coworking, l’Open Source, etc.

L’élargissement du CA d’ANIS est venu conforter son nouveau positionnement, donner de nouvelles perspectives et orientations, au regard des thématiques citées plus haut.

Précisons également que depuis septembre 2011, ANIS est membre de Catalyst, un collectif d’acteurs de la métropole lilloise porteur d’un projet de dynamisation de l’innovation sociale par l’innovation numérique.
C’est l’association ANIS qui porte ce nouveau projet.
Parmi les autres acteurs qui participent citons Coworking Lille (Emmanuel Duvette, Pierre Trendel…), La Coroutine (Guillaume Libersat, Alban Tiberghien…), La Fabrique de Blog (Kim Gjerstad), Prospect ray (Nathalie Menet), NéoPro (Gwenaelle Janvier), le M.e.u.h|lab (Thierry Mbaye), NeTice (Hélène Vanderstichel et Michael Bodzioch), Simon Sarazin (Imagination for People), Sébastien Denis (La Ruche, Plaine Images), Bastien Sibille, Karen Soyer, etc.

Influencés par les pratiques collaboratives du Web (licences libres, « hacking » au sens positif, désinter-médiation, coopération, etc.), les membres souhaitent mettre ces dynamiques au service des projets qui favorisent le mieux vivre ensemble. Ils s’appuient sur des méthodes créatives et innovantes, collectives et interdisciplinaires.

Catalyst est représentatif du passage d’une société de la possession à une société de la relation, d’une économie financière à une économie sociale et solidaire. Le projet permet la coopération entre acteurs du numérique, de l’ESS, de l’écocitoyenneté, de l’Education Populaire…

A l’heure actuelle, les réflexions et les projets d’ANIS apparaissent tout à fait en phase avec les évolutions numériques et sociétales, dans des visées d’employabilité, de durabilité ; de nouvelles pratiques plus sociales, participatives, collaboratives, appuyées sur le Web 2.0 et les Logiciels Libres.

Ressources sur le numérique solidaire
ANIS - au Mutualab, 19 rue Nicolas Leblanc 59 000 Lille - 06 42 71 83 56 - contact@anis.asso.fr
Haut de page