Vous êtes ici : accueil /  Ressources sur le numérique solidaire /  Ressources documentaires /  Ouvrages /  Ouvrage « A quoi ressemblera le travail demain ? » (2013)

Ouvrages

illustration

Ouvrage « A quoi ressemblera le travail demain ? » (2013)

  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyer à un ami
  • Imprimer le texte
  • Partager sur : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Sauver sur Delicious

« A quoi ressemblera le travail demain ? » : Sandra Enlart et Olivier Charbonnier décryptent les mutations issues des technologies numériques.

JPEG - 22.2 ko

« Le travail cherchera de plus en plus à se mettre en scène pour attirer, fidéliser et stimuler. Il s’agira de répondre aux demandes croissantes des jeunes générations, d’apporter aussi des formes alternatives de contributions au contrat social sur lequel elles ne peuvent plus s’engager, de faire face enfin à la concurrence déjà enclenchée sur ce champ par les Google, Apple et autres entreprises issues de la nouvelle économie. » C’est l’une des six mutations de la façon dont s’exerce le travail que voient se dessiner Sandra Enlart, directrice générale d’Entreprise & Personnel et cofondatrice du laboratoire de prospective DSides, et Olivier Charbonnier, directeur général du cabinet Interface et cofondateur de DSides, dans le livre « À quoi ressemblera le travail demain ? » (Dunod). L’ouvrage est une invitation à anticiper et à comprendre les transformations de l’organisation et des relations du travail liées aux technologies numériques.

Autre mutation observée par les auteurs : « Le lieu de travail n’aura de sens que s’il apparaît comme une ressource et non une contrainte : lieu de socialisation, de confort, de collaboration, d’apprentissage, de découvertes, etc., davantage qu’un cadre contraignant dans lequel on se glisse chaque matin au chausse-pied ». Troisième mutation, « les positions vont se confondre de plus en plus, faisant du collaborateur un client potentiel, mais aussi un vendeur, un ingénieur, un critique… ». Dans ce contexte, « le pouvoir managérial se négocie en permanence » : la fonction des managers est « éphémère, susceptible de se faire et se défaire au fil des projets ». Autre métamorphose, celle de « la porosité entre les sphères spatiales et temporelles qui va continuer à s’accentuer, obligeant à repenser la nature même du contrat de travail qui fonde aujourd’hui la relation ’employeur / collaborateur’ ». Enfin, « de nouvelles formes de relations au travail émergent », l’affirmation de « tiers-espaces relationnels » devant dans une certaine mesure « rebattre les cartes des organigrammes, statuts et process traditionnels ».

Ces transformations iront de pair avec l’émergence de nouvelles compétences individuelles et collectives, soulignent Sandra Enlart et Olivier Charbonnier. Trois « capacités majeures » vont devenir essentielles, selon les auteurs : « la capacité à vivre en réseau, la capacité à s’autogérer et la capacité à réapprendre régulièrement à penser ». Au-delà du travail, « ces mutations concernent la société dans son ensemble et la manière dont celle-ci saura s’organiser pour préparer les individus aux changements, maintenir la cohésion sociale nécessaire à la confiance ».

« À quoi ressemblera le travail demain ? Technologies numériques, nouvelles organisations et relations au travail », de Sandra Enlart et Olivier Charbonnier.
Editions Dunod, 190 pages, 16 euros, ISBN 978-2-10-058819-0.
En librairie le 6 février 2013.

Ressources sur le numérique solidaire
ANIS - au Mutualab, 19 rue Nicolas Leblanc 59 000 Lille - 06 42 71 83 56 - contact@anis.asso.fr
Haut de page